Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 12:01

( c'est toujours l'artiste qui s'exprime ) :

                                                                         *

 

Prométhée. 1982

 

Oppenheimer.jpg

 

 

 

 

 

 

" Je suis parti de l'image du savant Oppenheimer. J'avais vu cette image où Oppenheimer est lui-même comme un oiseau : dans une conférence, pour parler du temps, je crois, il avait sauté ! et je suis parti de cette image que j'ai associée à des lieux qui portaient le feu, où des choses avaient l'air de sortir de la terre.

 

 

 

 

               

 

 

                                    

 

Les "Arbrorigènes". 1983

 

Pour le travail que j'avais fait dans les arbres, les Arbrorigènes, je m'étais rendu compte que j'avais fait des hommes et des femmes qui étaient des végétaux. Et j'ai découvert peu à peu, en le faisant, que j'avais traité un mythe universel : les hommes et les femmes naissent des arbres, ou le deviennent, comme Daphné, Narcisse... 

 

   Arbrorigenes.jpg    

Arbrorigene.jpg             

 

Et ça m'avait fait mesurer à quel point je manquais de culture pour ce qui concerne la mythologie, les religions. 

Je m'étais dit qu'il fallait que mon travail suivant permette d'interroger un peu tout ça.

 

Arbrorigene 2

 

                                                                       ***

  

Napoli. 1988 à 1995.

 

Napoli.jpg   

 

                

En écoutant une émission de Philippe Hersant sur la musique napolitaine, j'ai été scié... Je me suis dit : voilà une ville qui a donné naissance à la musique de Gesualdo, la plus sophistiquée, la plus étrange, la plus incroyable, et à celle de Pergolèse, Cimarosa et, en même temps, à ... " Sole mio " !

Ce grand écart que porte cette ville...

J'ai pris un billet et deux jours après je suis allé à Naples, je me suis dit : je vais voir là, c'était vraiment une initiative sur un coup de coeur.

 

Donna-con-lenzuolo-2.jpg 

 

 

 

Si je travaille la nuit, c'est pour plusieurs raisons.

D'une part parce que le papier est très fragile, mais quand il est mouillé, rempli de colle, on peut le décoller comme ça, on le prend à la main et on l'enlève.

Et puis il y a une raison purement plastique. Quand je mets une image dans un lieu, je fais du lieu un espace plastique. Quand je suis là, la nuit, je suis comme un peintre qui a toute sa palette là. J'ai le lieu auquel j'ai réfléchi, j'ai l'image et je peux la mettre au centimètre près là où il faut parce que je sais comment les gens vont la découvrir et j'aime bien qu'elle soit découverte au matin...Si on colle dans la journée, ça désamorce un peu le projet.

 

 

 

 

 

            

Le travail de Naples a été un peu pour moi une interrogation sur ce qui fait une culture de méditerranéen que je n'avais pas avant. J'ai lu Virgile, l'Enéide...

Naples, en fait, permettait de réfléchir sur ces glissements entre mythe grec, mythe romain, mythe chrétien : au fond, tout du long, c'est une interrogation là-dessus, sur ces représentations de la mortEpidemies--1990.jpg.

 

Ange-mutile-a-Montauban-par-des-integristes-catholiques.jpg 

* Ange mutilé par un(e) pudibond(e) !     

 

L'une des choses qui me plaisent dans mon travail, vraiment, c'est qu'il va disparaître...

Et c'était d'autant plus juste à Naples puisque je traitais beaucoup d'image liées à la mort. Donc, leur fragilité participait de tout ce que j'avais mis dans les dessins, qui parlaient de mort.

      Le-soupirail-Naples.jpg

En les voyant, il y avait cette espèce de contradiction : on voyait que c'étaient des dessins très élaborés, très chargés de boulot, de références, de citations et puis on se rendait compte en même temps que c'était un papier pourri et que ça allait se mettre à disparaître...

Je joue beaucoup de cette contradiction, mais c'est un élément de ma palette.    Mort-de-la-Vierge-d-apres-le-Caravage.jpg

Il y a chez Pasolini, ou Caravage, ce fait de traiter les grands thèmes bibliques avec des gens de la rue et c'était une évidence qu'en inscrivant mes images dans les rues de Naples il y avait cette filiation !

L'apparition d'une image dans la rue change le regard qu'on a sur les lieux. Les gens passent tous les jours dans une rue de Naples et tout d'un coup, il y a un personnage...

 

David-et-Goliath-Le-Caravage.jpg

David-et-Goliath-d-apres-Il-Carvaggio.jpg 

Alors, si le type sait que c'est David, ou Goliath, que c'est chargé de références à la Bible, au Caravage, c'est d'autant plus riche, mais la présence de l'image dans le lieu le fait regarder différemment, même pour quelqu'un qui ignore tout cela ! "

 (d'après le Caravage, à droite :)   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concert-baroque-Paysan-convaincre-Wagner.jpg

 

Pour effectuer ses collages nocturnes, Ernest Pignon-Ernest réalise des dessins préparatoires en nombre, qui démontrent ses extraordinaires capacités de dessinateur.

En voici quelques exemples :

 

 44.jpg

   46.jpg  

54.jpg   

109.jpg

   

32.jpg

   

 

 

Suite bientôt !!!

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marc Lefrançois 28/04/2010 14:48


Je suis comme toi... En apparence, comme désormais je vis uniquement de ma plume, je suis supposé avoir beaucoup de temps... mais cela passe tellement vite. D'abord, je suis beaucoup sur internet.
C'est très enrichissant de découvrir ce que font les autres, mais j'avoue que l'essentiel de mon temps est consacré encore à la lecture de livres... Mais cela fait partie du métier... et le soir,
écriture!


28/04/2010 19:37



Hé oui... A la "retraite" (je déteste ce mot car je n'ai jamais été moins "retirée" que depuis qu'enfin je ne travaille plus...) je vois les heures, les jours et...les années passer en accéléré !
Bien souvent, le jour se lève alors que je ne suis pas encore couchée et je manque de temps pour faire tout ce que je voudrais ! Peut-être m'intéressé-je à trop de choses ? Mais comme
toi, surtout m'occupe la lecture (et la relecture) de livres et les écritures des autres sur Internet.


Comme dit la chanson "Je n'aurai pas le temps, pas le temps" ! 



Prioul Serge 27/04/2010 08:36


Oui,Francesca, je suis sur Facebook, je viens d'ailleurs d'y écrire un commentaire que tu devrais identifier. mais je ne connais rien du fonctionnement et ne sais pas comment faire une "demande
d'ami". Tu peux peut-être m'aider et, ce soir, je vais étudier un un plus Facebook.
Serge Prioul


28/04/2010 01:53



J'ai cherché mais je n'ai rien vu, ce doit être parce que nous ne sommes pas censés être "amis" ! Je ne sais pas quel Serge Prioul tu es : il y en a trois...


Alors, cherche mon nom et FB te proposera "ajouter comme ami(e)". Je recevrai la demande et bien sûr l'accepterai avec plaisir. Fais attention, il y a plusieurs Françoise Granger : j'ai un
certain âge(pour ne pas dire un âge certain :-) et je porte des lunettes roses sur la photo du profil - bien qu'elles soient cassées et que mes actuelles soient noires...  A bientôt alors !



Prioul Serge 26/04/2010 20:41


Bonjour Françoise (ou Francesca...),

Merci pour ton travail sur Ernest Pignon-Ernest. Cet homme-là montre que l'art contemporain trouve ses fondements dans l'histoire de l'art. Quel talent et quelle démarche ! Et cet art qui va dans
la rue au devant du public...! Si tout est comme cela sur ton blog, je m'inscris !

Bonne soirée

Serge


27/04/2010 00:07



Bonjour Serge et MERCI d'avoir fait un tour ici. Oui, inscris-toi ! Tout n'est pas égal, hélas, car je suis trop inconstante, mais les articles sur Ernest Pignon-Ernest sont nombreux et il y
en aura d'autres. Va un peu en arrière pour avoir le suivi. Cet artiste est un phénomène et l'homme est "juste quelqu'un de bien" comem dit la chanson (d'Enzo Enzo qu'on n'entend plus...)


Je suis allée jeter un coup d'oeil en vitesse sur ton site et j'y retournerai "demain, à l'aube, à l'heure où blanchit la campagne" car là, il est tard ! J'ai aussi regardé si tu étais
sur Facebook mais il y a plusieurs homonymes... si tu y es, fais-moi une"demande d'ami" et à bientôt dans ce cas.


Amitiés


Françoise ( = Francesca !)



dubruel 25/04/2010 13:02


oui, "sauvez-vous" (au cinéma) ...il y a tellement de damnés !!

bon dimanche
charles
et merci de me faire signe pour un prochain article sur EPE


25/04/2010 17:22



OK... Je vais essayerde d'écrire le suivant ce soir, si je n'ai pas de visite impromptue.


Bonne soirée



dubruel 24/04/2010 17:02


bonjour,
je découvre votre blog via marc lefrançois.
j'ai tout de suite été saisi par le nom d'Ernest Pignon-Ernest.
c'est un peintre que j'admire. il y a 25 ans environ, mon président avait organisé dans les bureaux de la société une exposition lui étant dédiée. A cette occasion, il m'avait remis un magnifique
livre
regroupant une grande partie de ses tableaux et dessins.
est-ce qu'il vit encore? Où peut-on voir ses oeuvres?
votre blog est superbe !
amitiés
charles


25/04/2010 10:48



Vivement merci de votre commentaire auquel je réponds d'urgence avant de me sauver au ciné avant que les foules du samedi n'envahissent les salles...:


OUI, E. P-E est là et bien là ! 


La suite de mes articles sur arrivera vite et j'indiquerai tout ce que je sais sur cet immense artiste mais en attendant, MERCI encore de votre intérêt !



Présentation

  • : Paperolles
  • Paperolles
  • : Livres, Musique, Arts, Ciné, Humeurs et un peu d'humour ; si possible...
  • Contact

Profil

  • Beaucoup de lecture, un peu d'écriture.
Poésie, cinéma, musique(s), théâtre, arts plastiques, photo, Paris et aussi la mer "toujours recommencée", de l'humour, mes enfants, mes amis, mes amours et le monde comme il ne va pas...
La vie, quoi !
  • Beaucoup de lecture, un peu d'écriture. Poésie, cinéma, musique(s), théâtre, arts plastiques, photo, Paris et aussi la mer "toujours recommencée", de l'humour, mes enfants, mes amis, mes amours et le monde comme il ne va pas... La vie, quoi !

Recherche

Archives