Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 11:40

(Oui, j'ai tardé, pardon ! mais : " Tout vient à point à qui sait attendre"...)

 

Alger. Parcours Maurice Audin. 2003

 

Parcours-Maurice-Audin-Alger-2003.jpg

" J'ai été invité pour une exposition sur le thème de l'Algérie, dans laquelle il y avait beaucoup  d'artistes algériens et dont l'idée était de traiter l'Algérie aujourd'hui.

Je ne me sentais pas, en étant français et en ayant aussi été, en plus, militaire en Algérie !, de traiter de l'Algérie d'aujourd'hui. Je pensais que c'était aux jeunes artistes algériens de se coltiner avec ces problèmes qu'ils ont et je pensais aussi qu'il y avait une grande nécessité d'apaiser nos relations avec l'Algérie  - pays que j'aime beaucoup - et qu'on ne peut pas le faire sur tous ces silences, tous ces non-dits de la torture, de tout ce qu'il s'est passé...

Alors une révélation, une nuit : il m'est apparu que le drame de Maurice Audin, probablement tué par des parachutistes français et dont on n'a jamais su ce qu'il était devenu, donc que cet homme, ce corps disparu, incarnait tout ce silence, tout ce non-dit; "

61.jpg 

 

Un film montre E. Pignon-Ernest en train de désigner à de très jeunes algérois l'immeuble où vivait Maurice Audin :

" C'est là qu'il a été arrêté par les parachuitistes. Sa femme m'a dit il y a quelques jours : Il est parti ce jour-là et je ne l'ai plus jamais revu..."

 

" Ce type est mort à 23 ans. Il avait déjà trois enfants, grand mathématicien, c'est un gâchis terrible ! et si on avait écouté des gens comme lui, on aurait fait l'économie de tous ces drames. !

On a rencontré beaucoup de gens. L'un m'a dit qu'il avait été emprisonné avec Henri Alleg. Ils se sont mis à parler de leurs souvenirs, de la torture, des gens qui ont mon âge, la soixantaine, qui ont beaucoup plus souffert de la guerre d'Indépendance et d'autres, après ; c'est très inégal. 

Maurice-Audin.jpg

Même Place Maurice Audin, les gens ne savaient pas qui il était, que c'était un martyr de la lutte pour l'indépendance de l'Algérie. J'étais un peu déçu...Certains pensaient que c'était un nom français de la période coloniale...

C'est dommage !

Alors la présence de mes images dit l'absence ; son absence...

 

                                                                                           *

 

Parcours Genet. Brest. 2006

 Genet-3.jpg

" Je me nourris plus de la lecture de Genet, ou de Desnos, que de la peinture ! Ce sont des choses qui contribuent à nourrir mon regard sur notre monde. Leur poésie, leur écriture, c'est comme une espèce d'interrogation .

Genet, c'est comme un parcours, une façon d'interroger ce qu'il dit des hommes.

 Brest-Genet.jpg

Dans mon dessin, il y a à la fois l'idée d'une rixe, d'une violence, d'une lutte et, en même temps, ça a l'air d'une descente de croix car, chez lui, il y a tout ça : l'idée de la trahison et une quête de rituel et de sacré.

Je n'arrivais pas à exprimer ce qu'il y a dans son oeuvre à travers la représentation de sa personne, je ne saurais dire pourquoi.

84.jpg

Il y a, dans mon travail, une quête de spiritualité, c'est sûr.  Dans mes derniers travaux sur les grandes mystiques, c'est plus explicite mais c'est déjà là dans tout le travail sur Naples, dans d'autres images aussi."

 

 

                                                                                               *

Extases. 2008

Extases.jpg 

 

"Je suis athée, mais l'image de la mort s'incarne bien dans l'image du Christ. Même si l'on est athée, ça fait partie de notre culture. Toute l'histoire de la peinture, de la musique, de l'architecture est nourrie de ça.

Mon premier voyage, à 18 ans, c'était à Tolède, à la cathédrale de Tolède, pour voir les Greco et le suivant a été à Florence pour voir les Simone Martini, Fra Angelico, tout ça...

 

                                                                                              *

 

Parcours Mahmoud Darwich. 2009

  

" Mahmoud Darwich était venu me voir et m'avait suggéré de venir moi aussi lui rendre visite à Ramallah.

La perspective était donc de le voir là-bas mais entre temps... il est mort !  Il devient un peu un mythe.

Quand je disais que Neruda était la voix du Chili, Mahmoud Darwich est la voix des Palestiniens. Il a vécu leur drame et il est leur parole."

 

E. P-E colle le portrait de M. Darwich sur un mur et s'enquière du sens d'une affichette en arabe auprès de badauds attroupés ) :

 

" Et l'on assassine la mémoire des choses : la pierre, le bois, le verre, 

  le fer, le ciment volent en éclats comme les êtres. "

 

" Le coton, la soie, le lin, les cahiers, les livres se déchirent,

  comme les mots que leurs propriétaires n'ont pas eu le temps de dire "

 

( Les passants -surtout des hommes...- aident E. P-E à dérouler et à coller les portraits et tous reconnaissent Mahmoud Darwich dont ils collent aussi avec plaisir et respect  les extraits de poèmes :

 

" Nous serons un peuple lorsque nous respecterons la justesse et lorsque nous respecterons l'erreur. "  

 

E. P-E leur demande si ce n'est pas mal compris, cet affichage et ces paroles. Les jeunes disent que non, que tout ça est vrai et ils applaudissent. 

Des gens plus âgés lui parlent, dont une femme, avec animation ; il fait signe qu'hélas il ne comprend pas leur langue.

 

Partout où il colle, on l'aide, on le félicite et on discute près du portrait sur la lecture des poèmes :

" Et la terre

se transmet comme la langue.

Notre histoire est notre histoire.  

 

Mahmoud Darwich

 

 

 

Paris. Octobre 2009 : interview d'E. P-E :

" La surprise la plus grande, c'est la qualité de la réception de mon travail ! Je veux dire, tout le monde reconnaissait Mahmoud Darwich, même quand je collais à 11 heures du soir dans un marché, vraiment ! Donc, ce n'est pas une petite catégorie de gens qui le connaît, lui et son oeuvre.

C'est un peu l'idée qu'il est la parole de la Palestine et ça a dû lui poser problème, car les gens ont tendance à "réduire" son oeuvre à ça... alors maintenant, je ne dis plus que c'est un poète palestinien mais un poète universel !        

                                                      

Je suis allé à Hébron, c'est une ville plus difficile, plus complexe que les autres, il me semble, et qui va donc exiger un travail plus long, c'est l'un de mes objectifs si je retourne en Palestine, travailler sur Hébron. 

 

Mais en même temps, j'ai d'autres choses en tête que je souhaite faire : il y a des villes abandonnées dans le désert d'Atacama au Chili et l'idée de faire des images dans une ville où il n'y a personne me tente beaucoup ! Ce sont des villes chargées d'histoire, qui ont été des mines, des prisons... Je travaille en ce moment sur toute une documentation.

 

Mais je voudrais aussi poursuivre mon parcours Desnos à Compiègne, à cause de ses poèmes et peut-être un jour à Terezin ..."

                                                         

                                                                                          ***

 

Cette série d'articles a été rédigée d'après, entre autres, le DVD du film intitulé

Ernest Pignon-Ernest..PARCOURS " de Laurence Drummond et Patrick Chaput, édité par Plaisir d'Images en 2009. On peut se le procurer (voir leur site : www.plaisirdimages.fr) en adressant un chèque de 30 E au 32 rue Falguière 75015 Paris.

 

On peut aussi en apprendre davantage sur le site de l'artiste http://www.pignonernest.com/ qui y liste tous les livres, films, etc à propos de son travail et y indique son actualité.

 

De nombreux articles lui sont consacrés par d'autres auteurs passionnés, par exemple :

http://www.lesartistescontemporains.com/

http://imagesrevues.org/Article_Archive.php?id_article=11

 

J'espère avoir suffisamment suscité votre intérêt pour vous inciter à suivre l'actualité de ce dessinateur hors pair, poète et homme engagé dans son époque - la nôtre.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Primavera 26/06/2010 14:41


Bonjour FRancsca,

J'ai pris le temps de te relire, oui, je t'avais lue mais un peu rapidement, je découvre...je te l'ai dit je n'ai pas une grande culture, je me suis faite en grande partie toute seule, un petit peu
de ci, un petit peu de ça. Je continue à en apprendre tous les jours, mais depuis quelques temps à petite dose .
Très bonne fin de soirée.
Bisous


16/07/2010 01:30



Je pensais avoir répondu à ton commentaire mais je ne vois rien... Tu te sousestimes beaucoup : tes notes historiques ou géographiques sont toujours passionnantes et j'apprends beaucoup de choses
moi aussi sur ton blog !


Gros bisous ma Prima ! 



Tipanda 16/06/2010 09:50


Merci pour ta réponse. Merci au nom de tous tes lecteurs car elle est un véritable complément, un ajout de précisions à ton article qui était déjà fort intéressant.


16/07/2010 01:27



Je croyais avoir déjà répondu à ce commentaire -trop élogieux...- mais je ne vois rien...


Merci Tipanda !



Tipanda 15/06/2010 22:53


Ton blog m'impressionne ! J'aimerais y participer sauf que ... j'ai des lacunes immenses en matière d'art contemporain. En tout cas, c'est très bien fait. Je te félicite.


16/06/2010 00:42



Tu es trop bonne, Tipanda, toi dont le blog est au plus haut niveau d'érudition et de réflexion ! On ne peut pas être au "top" en tous sujets et je ne le suis pas non plus en art
contemporain, même si je m'y intéresse beaucoup. Je m'étais dit que je ne ferais jamais comme mon père qui s'était arrêté aux goûts de ses 18/28 ans en littérature, poésie, musique et en
art, dédaignant tout ce qui suivait. Wagnérien, il était outré que les premiers auditeurs du Tannhauser aient sifflé, jeté des objets divers dans la fosse d'orchestre et je lui avais
fait remarquer qu'il aurait sans doute trépigné lui aussi puisqu'il estimait qu'un pinceau au bout de la queue d'un âne produirait Les Demoiselles d'Avignon ou La
repasseuse de Picasso qu'il détestait (aussi par ce qu'il était communiste...) 


Néanmoins, de certains "artistes" je me demande encore s'ils en sont bien ou si ce ne sont que des petits malins assoiffés de pépètes ! Je ne citerai personne au cas, assez improbable, où 
l'un d'entre eux (Jeff Koons par exemple, oups) échoue sur ce blog... En revanche, tu as dû lire comment je suis tombée sur Ernest Pignon-Ernest et en ai été marquée. Son honnêteté, son
engagement, sa démarche sont admirables, vraiment, et ce type n'en déroge pas. Par les temps qui courent, c'est remarquable ! Outre que c'est un extraordinaire dessinateur, amoureux des
peintres que j'admire le plus, Carpaccio, Caravaggio, etc


J'avais commencé ce blog sur l'insistance d'amis, surtout pour y parler de ce que je lisais, pour inciter à la lecture...et en fait j'ai parlé de bien d'autres choses ! Tout en
continuant bien sûr à lire, mon activité primordiale et je dirais même vitale.


Je ne suis guère assidue et mon "blog rank" fait des sauts de carpe... mais merci de ton attention car ton avis m'importe.



Primavera 01/06/2010 21:43


Bonsoir Francesca,

Un peu fatiguée par ma première sortie depuis longtemps, un peu long pour te lire, je m'en excuse. Merci à toi d'être passée sur mon blog.
Très bonne soirée
Gros bisous


16/06/2010 00:17



Parfois je suis un peu larguée par ces blogs... Il me semblait bien avoir répondu à ton commentaire et je vois que ...rien ! Pourtant je l'avais lu et comptais te remercier d'être passée par chez
moi ! Tu remarqueras que je n'ai pas été très assidue... Comme tu le sais maintenant, je suis allée à Toulouse et je compte bien, une fois fait le tri de mes photos -ce qui s tun gros boulot car
jeveux aussi les commenter, mettre un article sur la bien nommée "ville rose", avant que mon "blog rank" ne soit tombé au plus bas depuis sa cration :-)  Bises et merci de ta fidélité.
Bonne nuit, chère Primavera.



Prioul Serge 28/05/2010 20:22


Merci Francesca de m'avoir mis dans tes liens. Je viens seulement de m'en apercevoir.
Bon WE


28/05/2010 20:50



C'est bien normal : tes commentaires et ceux que tu laisses chez notre ami Marc Lefrançois m'avaient intéressée et je suis donc allée voir ton blog ! C'est un échange de bons procédés ! Amitiés



Présentation

  • : Paperolles
  • Paperolles
  • : Livres, Musique, Arts, Ciné, Humeurs et un peu d'humour ; si possible...
  • Contact

Profil

  • Beaucoup de lecture, un peu d'écriture.
Poésie, cinéma, musique(s), théâtre, arts plastiques, photo, Paris et aussi la mer "toujours recommencée", de l'humour, mes enfants, mes amis, mes amours et le monde comme il ne va pas...
La vie, quoi !
  • Beaucoup de lecture, un peu d'écriture. Poésie, cinéma, musique(s), théâtre, arts plastiques, photo, Paris et aussi la mer "toujours recommencée", de l'humour, mes enfants, mes amis, mes amours et le monde comme il ne va pas... La vie, quoi !

Recherche

Archives