Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 01:54
Ce-foutu-Sacre-Coeur--jpgUne amie vient de m'envoyer un pps sur Montmartre.
Joli, mais, hélas, maintenant, ce qu'il y a de plus beau à Montmartre (comme à la Tour Montparnasse !), c'est ce qu'on voit depuis la butte...
 Car je ne voudrais pas jouer les vieilles rombières désabusées mais quand même, c'était bcp plus exaltant quand j'étais petite !
 
La place du Tertre est devenue une foire à tout, les prix sont prohibitifs, les assiettes mal remplies de bouffe internationale dégueu, on ne chante presque plus jamais ensemble dans les cabarets, les "peintres" sont soit des nuls, soit des caricaturistes à caricatouristes néanmoins ravis, qui doivent ramener chez eux une bien curieuse idée des parisiens...
 
En revanche, le funiculaire m'amuse tjrs autant. Les petites rues pentues sont merveilleuses, surtout au printemps, mais n'y vivent que des bobos ou des carrément friqués et les vrais montmartrois en ont été chassés par le prix des loyers et les "escaliers de la Butte"  sont toujours aussi " durs aux miséreux " (et aux dames qui commencent à avoir des problème de grimpette, avec leurs 30 kg, 30 ans et 30 cigarettes de trop !)
 
Quant au Sacré Coeur, je l'ai toujours trouvé sacrément tarte : petite, je l'appelais "le fromage blanc" au grand dam de ma très pieuse grand-mère ... J'habitais Colombes, on le voyait du train tout au long du trajet et je l'ai encore vu pendant des années aller/retour boulot Argenteuil/Paris...
Maintenant, je suis heureuse d'être à Gambetta, plus près des hauts de Belleville au panorama tout aussi spectaculaire, non loin de la Rue Vilin dont il ne reste que le nom mais dont se souvenait Georges Perec (voir article précédent sur ce blog).
 
Reste le souvenir du Printemps 1871, la Commune, et de la Commune Libre de Montmartre où tout avait changé et aurait pu changer... "où tous ceux qui montaient tombaient dans le ravin : " La Butte Rouge ", c'est son nom.
Certes les Communards fusilleront au total 480 otages, mais en réponse aux Versaillais qui avaient massacré les gens pendant la Semaine sanglante où les combats de rue feront au total 4.000 tués (877 du côté des troupes versaillaises).
S'ajoutent à ce bilan les victimes de la répression car, à l'arrière, des liquidateurs tuent méthodiquement les suspects. Une vingtaine de «cours prévôtales» jugent hâtivement les hommes et les femmes pris les armes à la main et les font fusiller sur place.
Le bilan total de la Semaine sanglante est d'environ 20.000 victimes, sans compter 38.000 arrestations. C'est à peu près autant que la guillotine sous toute la période de la Révolution.
À cela s'ajoutent les sanctions judiciaires. Les tribunaux prononceront jusqu'en 1877 un total d'environ 50.000 jugements. Il y aura quelques condamnations à mort et près de 10.000 déportations (parmi les déportées qui rejoindront les bagnes de Nouvelle-Calédonie figure une célèbre institutrice révolutionnaire, Louise Michel.


J
e préfère la belle Tour Eiffel,  fièrement dressée au-dessus de la mêlée !

 
Bises
Françoise 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Frédéric FREDJ 31/12/2009 05:25


Merci, chère Françoise, de rappeler en filigrane ce qu'est le Sacré-Coeur, ce qu'il symbolise à jamais : le triomphe
de la laideur sur la beauté,
de l'ombre sur la lumière,
de l'ignorance sur la culture,
de la bestialité sur l'humanité,
de l'immobilisme sur le mouvement,
de la médiocrité sur l'intelligence,
de la Réaction sur le Progrès,
de la France profonde sur le peuple de Paris...
Il est des moments où l'histoire est totalement manichéenne, et, quand je me prends à douter de mes convictions (ce qui est très fréquent ces temps-ci), il me suffit de regarder le Sacré-Coeur pour
me rappeler à quel camp j'appartiens. A jamais !
Bises.
Frédéric


01/01/2010 12:08


Le doute... signe de lucidité, surtout s'il mène finalement au renforcement de nos convictions au milieu des lamentables conditions actuelles !
Toute mon estime et mon amitié, Frédéric
Et bonne année 2010 ! Qu'elle soit ce que nous la ferons.
Bises
Françoise


primavera 18/12/2009 08:35


Bonjour Françoise, Arrivant de province, habitant le 18ème quelques temps, j'avais 20 ans et j'aimais Montmartre. C'était l'époque où je parcourais Paris à pied avec ma soeur ! Par contre je fus
déçue quand j'y suis retournée une quinzaine d'années plus tard. _ Réveillée par les bourrasques de vents ce matin,je n'ai pas trouvé de neige en ouvrant les volets ! _ TRès bonne journée à toi.


18/12/2009 16:24


Oui,tu vois, on a la même expérience malheureuse car j'adorais aller avec mon père sur la place du Tertre et, pendant les études (enfin...pas terminées !) à la Sorbonne, je profitais des
heures libres pour y retourner...Très déçue. De même pour le quartier latin qui est envahi de restaurants "grecs" bas de gamme !
Dans le 20è, c'est encore enneigé et un petit vent glacial pince les oreilles...
Bonne journée ma Danièle !


Présentation

  • : Paperolles
  • Paperolles
  • : Livres, Musique, Arts, Ciné, Humeurs et un peu d'humour ; si possible...
  • Contact

Profil

  • Beaucoup de lecture, un peu d'écriture.
Poésie, cinéma, musique(s), théâtre, arts plastiques, photo, Paris et aussi la mer "toujours recommencée", de l'humour, mes enfants, mes amis, mes amours et le monde comme il ne va pas...
La vie, quoi !
  • Beaucoup de lecture, un peu d'écriture. Poésie, cinéma, musique(s), théâtre, arts plastiques, photo, Paris et aussi la mer "toujours recommencée", de l'humour, mes enfants, mes amis, mes amours et le monde comme il ne va pas... La vie, quoi !

Recherche

Archives