Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 12:20

 

Dans le fatras de mes parerasses, je retrouve un échange de Septembre 2005 avec le(la) producteur(trice) d'un ouvrage intitulé "Proust pour tous", genre : " Ceci...pour les nuls" !

La promotion des textes littéraires ne s'est pas améliorée depuis l'accès au pouvoir d'un petit roi et mon point de vue ne peut donc guère changer non plus.

Voici :

 1) 

Je découvre votre " production " au hasard d’une promenade sur le Net. Qu’est-ce qui a bien pu vous passer par la tête ? Est-ce pour faire gagner du mètre linéaire sur les étagères Librairie des super marchés ? Je vais vomir.

 

  2) il ou elle répondait:

A combien de nouveaux lecteurs avez-vous fait decouvrir Proust ? L’elitisme ne sert pas bien, a mon avis, le maintien de la culture. Je respecte pourtant votre point de vue, et si le grand ecrivain avait conquis autant de purs et durs que vous, sa posterite n’aurait pas besoin de vulgarisateurs de mon type. Vous devez etre bien jeune. Bien a vous.

 

 3)   je rétorquais :

Ce serait donc de l’" élitisme " que de proposer à la lecture des textes non expurgés ? Non, Madame ( ou Monsieur ? ), c’est simplement un minimum de respect pour le travail de toute une vie de l’auteur et de considération pour l’intelligence du futur lecteur.

Mon message était quelque peu expéditif mais votre réponse " Vulgarisateurs " dites-vous...le conforte, ô combien !

Que la théorie de la relativité, ou celle de l’expansion de l’univers, nécessite certains travaux de vulgarisation intelligente menés par des scientifiques compétents à destination des non initiés pour éclairer leur lanterne ( s’ils sont - comme moi - incapables d’entreprendre dix ans d’études de Mathématiques et de Physique pour les comprendre d’eux-mêmes), certes ! Mais que l’on prenne cette initiative, qu’on en ait seulement l’idée, concernant un écrivain - et singulièrement celui-ci - montre en quelle piètre estime l’on tient et l’auteur et ses futurs lecteurs...

Je ne vous connais pas. Je veux bien vous imaginer animé(e) des meilleures intentions ; elles pavent les enfers.

Quel est votre problème avec Proust ? Vous le trouvez trop longuet ? touffu ? abscons ? ou démodé peut-être ? Quel est votre problème avec le lecteur ? Il est trop pressé ? trop d’jeun’ ? trop con ? il ne sait pas lire, peut-être ?

Pouquoi ne pas plutôt écrire un essai ? Vous y développeriez vos opinions, y expliqueriez pourquoi vous vous demandez s’il ne faudrait pas effectuer des coupes claires dans tout ce fatras pour en rendre accessible la substantifique moëlle aux ânes que sont vos contemporains. Je le lirais avec grande attention.

Vous aimez vraiment Proust ( ? ) : pourquoi ne pas le relire, l’offrir, en discuter pendant des heures avec vos amis, le faire lire à vos enfants et petits-enfants ? A propos, si vous voulez initier ces derniers, pourquoi ne pas leur lire à haute voix vos pages préférées comme l’a fait pour moi mon père et comme je l’ai fait pour mes enfants et eux pour les leurs ( vous faites erreur : j’ai soixante-deux ans ) ? Car ça marche presque à tout coup : dès qu’ils savent lire, ils mettent le nez dans vos livres, le pied dans les bibliothèques, leurs sous dans les bonnes librairies et les voilà partis pour l’aventure merveilleuse de la lecture. Puis peut-être de la " culture " dont on n’a pas à se soucier du " maintien " dans un corset réducteur de taille, mais de l’envol, de l’expansion tous azimuts, du débordement généreux.

Votre politesse vous honore, mais je ne peux vous la rendre : je ne respecte pas votre point de vue, désolée.

Un " grand écrivain " comme l’amant(e) doit être désiré, abordé, courtisé, longuement fréquenté et follement aimé - ou haï, d’ailleurs - avant d’être compris ... peut-être, mais qu’en sait-on jamais ? et c’est bien ça qui est intéressant et nous tient en haleine.

Si d’entrée de jeu vous lui coupez un bras, lui tordez le nez, lui videz le ventre, voire l’émasculez, vous aurez du mal à trouver une Colombine pour votre Pierrot ; ou un lecteur pour notre Marcel.

Il y a déjà un "La littérature pour les nuls", ou quelque chose comme ça, à côté duquel Lagarde et Michard n’eussent eu qu’à bien se tenir, alors Stop ! De grâce !

 

Laissez-moi vous chanter sur un air de Brassens :

  Ma mie, de grâce ne mettez

  pas au bas d’un pareil papier

  de signatu-u-u-re.

  Vous en seriez déshonorée.

  Sûr, vous vous en voudriez

  dans le futur.

C’était juste pour vous faire sourire avant de vous quitter.

Sans rancune. Quoique...

                                                     ***

Comme on dit : "ça se discute".

Relevez le gant si vous n'êtes pas d'accord.

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marc 19/02/2012 15:45

Tiens, celui-là m'a échappé! Mais ça tombe bien, j'ai organisé un défi spécial Proust chez moi, si tu veux y participer!

19/02/2012 18:53



Ce torchon remonte à 2009 je crois bien. Et je n'en ai pas vu tant que ça sur les tables des libraires. Tant mieux !


Oui j'ai vu que tu nous mettais à contribution, mais je ne sais pas si je pourrai car je suis assez dispersée en ce moment sur plusieurs choses en même temps, ce qui équivaut comme tu le
sais à ne rien faire correctement...Et hors de question de bâcler quelque chose sur notre cher Marcel !!!


Merci d'être passé par ici, Marc !



Serge 15/02/2012 18:34

Bien d'accord avec toi : on ne transige pas avec l'écriture.

15/02/2012 18:59



C'est notre point de vue mais d'autres argumentent en faveur de plus de souplesse au nom de la défense de la littérature... Tout comme toi, le raccourci me paraît antinomique.



Diagonale 15/02/2012 14:18

Objectif atteint: j'ai souri..!

15/02/2012 17:33







Présentation

  • : Paperolles
  • Paperolles
  • : Livres, Musique, Arts, Ciné, Humeurs et un peu d'humour ; si possible...
  • Contact

Profil

  • Beaucoup de lecture, un peu d'écriture.
Poésie, cinéma, musique(s), théâtre, arts plastiques, photo, Paris et aussi la mer "toujours recommencée", de l'humour, mes enfants, mes amis, mes amours et le monde comme il ne va pas...
La vie, quoi !
  • Beaucoup de lecture, un peu d'écriture. Poésie, cinéma, musique(s), théâtre, arts plastiques, photo, Paris et aussi la mer "toujours recommencée", de l'humour, mes enfants, mes amis, mes amours et le monde comme il ne va pas... La vie, quoi !

Recherche

Archives